Six (6) pièges à éviter dans un processus de relève d’entreprise familiale

Connaitre les pièges et savoir comment les éviter rend le processus de relève familiale tellement plus simple, plus harmonieux et plus inspirant pour tous.

1. Prioriser l’élément transactionnel

Le transactionnel comprend principalement le fiscal, le légal et le financier. C’est le côté le plus documenté et souvent celui par lequel le dirigeant entame tout processus parce que ce sont tous les professionnels transactionnels (comptable, juriste, conseiller financier, banquier) qui en parlent au client en premier.

Pourtant c’est le côté relationnel qui est plus déchirant et souvent qui préoccupe le plus le dirigeant. Aborder des conflits, s’occuper de trouver une solution juste, supporter les gens concernés dans leur réflexion et dans leur apprentissage, voilà ce qui devrait être prioritaire.

2. Viser principalement la performance de l’entreprise

À quoi bon développer un plan stratégique ambitieux et bâtir une entreprise performante si ce plan ne colle pas aux aspirations de la relève? Même si le parent demeure dans l’entreprise, l’objectif de la continuité est de s’assurer que la relève s’imprègne totalement du plan. Ainsi, elle aura plein d’énergie et se sentira engagée pour affronter toutes les embûches.

3. Éviter d’aborder le langage émotif familial

Le bagage émotif passé est souvent lourd et rempli de sujets inconfortables à traiter. Le danger est de laisser des non-dits s’accumuler et de les balayer sous le tapis. Tant que le parent est vivant et que la transaction n’a pas été complétée, tous vont continuer à s’accommoder de cette situation. Toutefois, éviter d’en parler n’est qu’une bombe à retardement qui, lorsqu’elle éclatera au grand jour, fera écrouler tout rêve concernant la continuité de l’entreprise. Pendant que les parents sont présents, c’est justement le temps d’ouvrir de vieilles cicatrices qui pourraient venir hanter l’entreprise et la famille, afin qu’elles puissent guérir correctement et de façon permanente.

4. Ne pas prendre le temps d’explorer toutes les situations

Au cours d’un processus, la relève peut émettre un doute, soulever une préoccupation ou avoir une réaction face à un membre de la famille ou face à des employés.

Souvent, accaparé dans l’urgence, ces commentaires du dauphin sont malheureusement « oubliés ». Lorsqu’ils surviennent, ils devraient recevoir une attention particulière du parent car derrière eux peut se cacher un côté sombre. Vaut mieux s’attarder à éclaircir le tout, à obtenir toutes les explications et à s’assurer que chacun se comprenne parfaitement avant que l’on prenne de mauvaises décisions coûteuses dans un avenir rapproché.

5. Ne pas aborder la question pécuniaire

L’argent est souvent un sujet épineux et les aiguilles sont particulièrement pointues dans le cas d’une relève d’entreprise. Qu’il s’agisse du montant dont les parents auraient besoin à vie, de ce que la relève devrait payer pour acquérir les actions, de la part du patrimoine que les autres enfants auraient, des obligations financières face à une deuxième union en cas de décès si le parent n’était pas assurable, toutes ces considérations doivent être abordées par le dirigeant et faire l’objet d’échanges ouverts.

Pour atteindre un juste compromis, c’est là qu’une stratégie cohérente des professionnels des aspects transactionnels, peut grandement aider. Il faut rechercher des recettes magiques.

Le dirigeant qui cherche des réponses à des questions déchirantes peut se faire offrir une foule de services, qui vont le libérer de problèmes en apparence sans solution comme: Quel enfant devrait être président? La relève actuelle est-elle suffisamment entrepreneure? De quelle formation la relève a-t-elle besoin? Comment gérer les conflits qui persistent? Quoi faire avec un jeune enfant prometteur? La relève est-elle vraiment intéressée? Quoi faire pour garder mes employés clés?

Pour régler ces problèmes, il existe une panoplie de tests psychométriques, de processus et d’approches. Ces outils sont utiles mais ont une valeur faible par rapport aux échanges que vous aurez avec les personnes concernées.

6. Vivre la solitude du dirigeant

Le dirigeant fait le constat suivant : Considérant l’importance de la dynamique relationnelle du processus de relève, considérant qu’il est la personne la mieux placée pour la comprendre, considérant que les professionnels qui l’entourent n’abordent ce sujet qu’en surface, considérant qu’il ne voit pas comment aborder maintenant ces sujets délicats et tabous, alors qu’il les a repoussés depuis longtemps, il croit qu’il doit être seul à pouvoir régler ces problèmes.

Le danger est qu’il prenne des décisions de bonne foi qui malheureusement peuvent aliéner la relève et sa famille. Le dirigeant a besoin d’une personne qui peut l’aider à clarifier sa pensée, à ouvrir des horizons et à parler à ses proches. Dans le cas de relève d’entreprise familiale certains messages passent beaucoup plus facilement lorsqu’une une tierce personne neutre est utilisée.

Lequel de ces pièges vous parait le plus important ?

Est-ce que ça vous est arrivé de faire face à d’autres pièges?

Découvrez un outil pour échapper aux différents pièges qui peuvent survenir lors d’une relève familiale: Priorisez l’harmonie: la clé du succès

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Entrepreneur, n'hésitez-pas à nous transmettre un courriel.

En cours d’envoi

©2017 BEC - Bâtisseurs d'entreprises de cœur

Vie privée | Termes | Contacter | À Propos

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?